Radio-Q

Drapeau-fr.svg Lettres Gay

LG112.jpg


Numéro 112

Texte d'archive:


Archivé de: Lettres Gay – Numéro 112
Date de parution originale: Mai 2001

Date de publication/archivage: 2013-12-04

Auteur: Gérald
Titre: Radio-Q
Rubrique: Service des urgences!

Note: Le magazine Lettres Gay ayant disparu, nous archivons sur Gai-Éros des textes y ayant été publiés au fil des ans, à titre d'archive, notre but premier étant que la littérature homo-érotique se préserve au fil du temps. Si vous êtes l'auteur de ce texte ou si vous détenez des droits légaux sur ce texte, veuillez communiquer avec nous sans délais.

Ce texte a été lu 2468 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

FT940x200-01.jpg


Il en voulait, c'est sûr! Son regard de vicelard ne quittait plus mon entrejambe gonflé au max. Moi, c 'est son corps taillé à la perfection qui me bouffait le regard. Des pecs ronds, des abdos bien durs, des épaules en trapèze, et cette foutue toison brune qui bouclait jusqu'au pubis, luisante et drue. J'ai passé ma main sur ma braguette. Il a souri en me disant: "Là ou ailleurs, c'est quand tu veux... "

On a quitté la salle radio et on s’est enfermés dans mon bureau. Je me suis précipité, mains et bouche en avant, sur son torse. Ça l’a fait rire. Mais son rire est devenu soupir de jouissance quand j'ai commencé à mordiller ses tétons, alors que mes mains, d’un coup, baissaient jog et calcif. Il n’a pas pu se retenir de me rouler palot sur palot en m'enserrant.

On avait peu de temps. On s'est retrouvés sur la moquette, en 69. Sa pine sentait le savon. Elle était à l'image de son proprio: carrée, épaisse, mastoque. Moins longue que la mienne. Peu de temps. Alors, sucer, pomper, avaler les couilles, les triturer, les tirer, lécher le pourtour du gland, s’enfoncer le manche loin dans la gorge. Il était doué pour la sucette, le salopard!

Dans un cri, je n'ai pas pu empêcher le foutre de lui vernir le palais, à gros bouillons. Tout dans la gueule! Sans un arrêt, je me suis acharné sur son attirail pour le faire dégorger vite, tout en lui pelotant les pecs fébrilement. Il n’a pas tardé. Un flot de purée a envahi ma bouche.

À peine rhabillés, mon assistant revenait du labo avec les radios...

Gérald, 43 ans